Après avoir refait le plein de victuailles, nous passons la frontière Turque avec une fouille du camping car par la douane, jusqu’à ouvrir la trappe de la cassette Wc !

Nous en profitons pour acheter 2 cartes sims pour touristes, 50GO avec 5 G0 pour les réseaux sociaux, impliquant que les publications se feront plus rares. Arrivés en soirée, nous sommes surpris dans un premier temps par l’état exceptionnel des routes. Nous nous étions habitués au ballottage, trous et petitesse des routes grecques, quel changement ! Des 2X2 voies, des protections partout, avec beaucoup de contrôles autoroutiers.
Notre première nuit se passa au bord du bosphore face au pont de Canakkale à Gelibolu. Le plus grand pont suspendu au monde, inauguré fin 2022 . Nous découvrons alors les petites habitudes des turcs: écouter de la musique très fort dans sa voiture une grosse partie de la nuit !

Y a de l’ambiance, et ça promet . Nous redoutons alors de devoir faire une croix sur nos nuits paisibles, déjà souvent troublées par les chiens errants.

Le lendemain, direction le ferry pour arriver à Canakkale. Nous aurions pu traverser avec le pont, mais nous avons préféré le côté « exotique ».
Arrivés pour prendre le bateau, nous nous garons pour prendre des renseignements quand un homme nous interpelle et nous conseille d’aller plus au sud où les ferrys sont moins chers et la traversée moins longue. Nous sommes déjà conquis par la gentillesse du peuple turc, mais soyons prudents.
Nous décidons de suivre son conseil, et prenons le ferry plus au sud. Le guichetier nous apprends qu’il faut attendre presque une heure, le bateau partant à 13h30. Garés sur le quai, je commence à faire cuire des pâtes puisque les ventres criaient famine, quand un personnel du quai me fait signe de monter sur le ferry. Mince, les pâtes, ce sera pour plus tard. Je reprends le volant et monte sur le bateau , non sans appréhension. Un flot de véhicules arrive alors, puis des piétons… La musique de quelques véhicules résonnent tout autour. Nous voilà plonger dans un nouveau monde. La traversée fut rapide et à peine descendus du bateau, nous prenons la direction d’un carrossier pour faire un devis pour notre challenger.


Je me retrouve alors dans une sorte de zone industrielle en quadrillage où se côtoient cote à cote garage, carrossiers, dans un bouillonnement de vie, de voitures circulant rapidement, de porteur de thé en trottinette… Pas facile de retrouver l’adresse vue sur google, mais au bout d’un moment nous arrivons enfin à destination. Julien sort demander des infos. Nous voyons alors défiler un homme, puis, deux, puis une poignée, tous étonnés par l’ampleur des dégâts et par le fait que des étrangers soient venus ici.
Tout ce joyeux monde s’agite et ni une ni deux, nous nous retrouvons tous dans le garage près du poêle à bois avec thé et blakkavas offerts. Tout va alors très vite s’enchainer. Le prix établis, notre accord. Et là, nous n’avions toujours pas mangé, les pâtes étaient dans l’évier, quand il a fallu faire nos sacs à la hâte pour aller loger à la pension acceptant Charly que le patron nous a conseillé et trouvé. Avec deux voitures, ils nous emmenèrent à la pension avec nos affaires afin de prendre en charge notre véhicule.

Nous passons de 10 m2 à un grand appartement ( sans cuisine) avec 3 chambres et balcon, à 10 min à pied du centre et 15 du garage.
Nous y passerons 15 j , Julien allant tous les deux jours au garage où un accueil des plus chaleureux lui était accordé à chaque fois. Il put s’imprégner de la culture turque, de discuter longuement avec ses hommes pour qui la principale valeur est la confiance, la famille. C’est d’ailleurs une grande famille.
Ces 15 j nous ont permis de nous immerger dans cette ville au passé historique riche.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!