Nous reprenons la route vers le nord, et faisons halte dans le petit village côtier d’Amaryrnthos où après une balade le long des quais illuminés par les multiples guirlandes au couchant sous un ciel orangé, nous profitons d’un restaurant typique grec avec ses tables ornées de nappes à carreaux bleus; Beaucoup de poissons, de l’ouzo, des tentacules que l’on avait vu étendues sur un fil sur les quais, un petit festin de fin d’année, ou plutôt de nouvelle année.

Après une nuit bruyante au sein du village, pour les ruraux que nous sommes, nous reprenons la route et traversons le pont qui relie l’ile à la Grèce. Direction Athènes, tout du moins les hauteurs d’Athènes, avec un passage vers un lieu mythique prisé par les athéniens pour les promenades au sud est du Mont Parnès : le château de Tatoï, demeure de la royauté grecque jusqu’à l’assassinat de Georges 1er, laissant le trône à son fils Constantin la veille de la première guerre mondiale. Dans la confusion de la guerre, le palais brûla en 1916, un an plus tard Constantin abdiqua en faveur de son second fils Alexandre. Après une période d’instabilité pour la couronne, la monarchie rétablie en 1935, la famille royale est autorisée à reprendre possession des lieux. Le palais vu bon nombre de personnalités notamment JF.Kennedy et sa femme. Tout s’effondre en 1967 après un coup d’état et le palais fut abandonné pendant des années . Après une lutte entre l’ancienne monarchie et l’état, ce dernier en deviendra propriétaire. Les lieux commencèrent à être restaurés quand le domaine brûla, laissant une partie des 3000 hectares calcinés.en aout 2021.

Apres cette petite halte, nous nous installons pour la nuit sur les hauteurs avec une superbe vue sur Athènes.

Entourés par les anciennes carrières de marbre, nous décidons d‘aller visiter une petite grotte abritant une chapelle ,au petit matin. Un instant mystique dans cette nature chargée d’odeur de thym et romarin sauvage, peuplée de perdrix un contraste saisissant quand on voit la capitale si proche.

Après quelques emplettes, nous reprenons la route pour le nord du pays.
Nous traversons la partie centrale pour arriver aux fameux Météores.
Les Météores comporte six monastères érigés sur leur piédestal qui n’étaient accessibles que par des cordages et échelles. Bien qu’aujourd’hui l’accès soit plus facilité grâce aux escaliers, prenez garde aux petites jambes et genoux fragiles. Tout le monde ne peut y aller ! De plus, une tenue correcte est exigée, soit un pantalon long pour les hommes et une jupes longues et épaules couvertes pour les femmes. Vous n’avez pas prévu la tenue dans votre valise, pas d’inquiétude, les moines ont tout prévu ! Un tissu en prêt ou en location et hop une belle jupe.

 Après s’être rapprochés de la méditation spirituelle, nous voulions prolonger l’expérience et aller plus haut . Que cela ne tienne, Mont Olympe nous voici.
Au fur et à mesure que nous rapprochions, le mont disparaissait dans les nuages. Nous nous imaginions tant d’histoires, un savant mélange de mythologie authentique et de Disney. Il fallu se résoudre à passer la nuit sur un plateau désertique avec les vestiges d’un terrain de basket, au pied de la montagne sacré. Le vent souffla toute la nuit. La neige, le froid et la tempête nous rappelèrent que nous étions sur les terres de Zeus. L’envie de gravir ses terres s’en trouva ébranlée. Nous reprenons notre chemin en terre Thessalonique.

Après s’être encore perdus dans les marais, il faut dire que cela devient une habitude, nous nous reposons au bord de l’eau, entre salines et mer.
Puis, à côté d’un village de pêcheurs et d’éleveurs de moules.

Notre voyage, se poursuivant vers la Turquie, nous découvrons une autre Grèce où la culture des oliviers fait place à celle du coton. Le tourisme de masse y est moins développé. Les villages sont plus simples et plus pauvres, mais les gens plus accueillants, apportant la preuve que la vrai richesse et celle du coeur. Cela n’engage que moi, on pourra me signifier que personne ne rêve d’être pauvre, et que ce discours est plus facile à avoir le ventre plein. Quoiqu’il en soit, pour nous, il n’y a pas photo. Nous préférons ce côté là de la Grèce concernant la chaleur humaine.

Notre voyage nous conduira à visiter la grotte Aggitis, une des rares cavernes traversée par une rivière.

Remorque remplie des restes de la récolte du coton.

Puis chemin faisant au grès des spots de nuit, nous suivrons la côte et ses petits villages agricoles, et stations balnéaires désertées en plein hiver.
Nous ferons notre premier passage à guet, pas sans hésitation.
Imaginez vous, face à une rivière à fort courant.

Par la suite, n’ayant plus peur de nous aventurer sans l’application des voyageurs park’4 Night, nous trouvons un spot urbex et visitons la gare abandonnée de Messi .
Passera ou ne passera pas, quand un grec dans son 4X4 nous ouvre le chemin, rien que pour nous, car une fois passés, il fera demi-tour.

Nos derniers instants en Grèce se passeront sur une aire de pique nique parsemée de platanes séculaires. Nous y passeront quelques jours pour profiter de nos forfaits téléphoniques avant la Turquie, afin de refaire les dossiers parcoursup des filles et de se remettre à jour concernant le traitement photo, vidéo, blog.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!