1 er décembre.

Nous voila en Grèce. A peine passés la frontière, que quelques kilomètres plus loin, un avion de chasse trônant majestueusement sur un parking sur élevé en bordure de route, nous accueille.
Nous nous y arrêtons quelques minutes afin de découvrir de plus près ce guerrier volant aujourd’hui à la retraite. Fixé au sol, organes stratégiques enlevés, il ne reste qu’une coquille vide mais même ainsi, il garde un aspect de puissance et de respect.

Après cette petite visite, nous continuons notre route en direction pour nous poser aux gorges de Vikos. La route était belle, et la vue depuis notre véhicule était à couper le souffle.
Vue sur des kilomètres, végétation méditerranéenne, arbres petits et tordus, broussailles, odeur de thym sauvage…
Nous arriverons à notre arrêt du soir à la tombée de la nuit.

2 décembre.

Le lendemain matin, date importante pour nos filles….18 ans !  Que le temps passe vite ! Et quoi de mieux que de se voir grandir dans l’immensité de la nature en Grèce. Se sentir grandir en étant conscient de sa vulnérabilité par rapport à ces gorges si profondes qui nous font ressentir être peu de chose en somme.

Les Gorges de Vikos se situent au nord ouest de la Grèce et sont parmi les plus profondes du monde de part leur largeur.

Comme à mon accoutumé, le matin levé le premier, je profite de la brise légère  et fraiche pour aller admirer les premiers rayons du soleil. J ’emprunte le petit chemin pavé qui me fait fasse et comme privilégié devant moi, s’étend ces fameuses gorges aux couleurs dorées où en se penchant bien on peut entrevoir comme un filament étincelant.
Le spectacle était divin.

Je suis rejoins par les filles.

Quel émerveillement !

En quittant le sommet des gorges,  lnous passons devant un site comportant une particularité géologique : Forest Stone. Comme son nom l’indique, c’est une forêt de pierre  et rochers ressemblent à des milles feuilles en strates horizontales.

Ayant terminé notre visite de ce lieu curieux, nous voila reparti en direction de la ville de Ioannina pour aller visiter les grottes de Perama.
Un sentier de 850 mètres et un escalier de 163 marches mènent à une étrange foret de concrétions calcaires.
Cette grotte était connue des habitants au début du 20e siècle mais fut fermée pendant longtemps avant d’être de nouveau réutilisé pendant la seconde guerre mondiale, ou elle permit aux habitants de se protéger des bombardements aériens.
On pense qu’elle commença à se former il y a 1,4 million d’années, du fait de l’érosion par l’eau de la pierre calcaire et de dioxyde de carbone, le calcaire s’est transformé en cristal forme aujourd’hui des stalagmites et des stalactites aux formes fascinantes, ou l’on pourrait imaginer des cierges, des cactus, et même une tour de Pise. De plus les jeux de lumières donne à l’ensemble un spectacle féerique. Avec une température constante de 17 degrés, c’est un endroit agréable à visiter l’été, bon mais pour nous en décembre, la température était la même qu’a l’extérieur.

Il va de soi que vue vue la nature du terrain, je n’ai pas pu aller visiter ce lieu, où rien n’est étudié pour les personnes à mobilité réduite.

La journée se termina dans une petite taverne aux saveurs exquises où là j’ai pu en profiter !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!