Quittant la côte, pour les fameuses sources chaudes de Permet à l’est du pays, nous décidons de prendre la route la plus directe sur la carte. Une belle route large au milieu des montagnes. Nous passons à coté d’un pont suspendu au dessus d’une rivière turquoise où nous ferons halte. La route se passa pour une fois sans encombre, nous faisans découvrir de merveilleux paysages sauvages, peuplés de troupeaux de moutons et de leur berger hissé en amazone sur leur destrier. Un passage dans le temps ou bien l’espace, nous faisant penser à la Mongolie. Nous laissant guidés par ce paysage pastoral et paisible, nous arrivons à l’intersection de la route pour Permet. Un 4X4 est en train de faire demi- tour, la route ou plus exactement la piste est parsemée de rochers et l’eau ruisselle créant des ravines. Cette fois, nous allons être sages et trouver un coin pour la nuit, car nous sommes déjà en fin de journée, et refaire le chemin inverse la nuit, ce n’était pas possible.
Perdu, au milieu de nulle part, enfin près du village de Selenicë, nous passons la soirée au bord d’une petite route.

Après une bonne nuit réparatrice, nous voila repartis en sens inverse jusqu’à Vlora, pour faire la grande boucle pour arriver à destination.
Entre temps, nous avons fait quelques courses sur Vlora ou le prix était très très abordable, puis une halte dans uns station essence flambante neuve  pour remplir notre cuve d’eau. L’un des employé et arrivé souriant, en nous disant qu’il n’y avait aucun problème, l’eau était bonne.
Trop content de remplir, en essayant d’échanger quelques mots, nous reprîmes la route en direction des sources chaudes de Permet.
Nous arrivâmes en fin de journée, et le jour même, les filles partirent se baigner aux sources chaudes
Le lendemain matin, au moment de faire le petit déjeuné, on se rend compte d’une mauvaise odeur d’hydrocarbure sortant du robinet.
Le plein d’eau fait la veille dans la station service, n’avait pas les même normes de potabilité que chez nous. Conclusion, on ne fera plus jamais le plein d’eau dans une station service.
Avant de quitter ce lieu, les filles partirent en ballade pour ramener quelques belles images afin de ne pas oublier ce lieu magique.

Quelques kilomètres après être partis, nous trouvons une source en bordure de route, ou nous décidâmes de nous arrêter afin de purger et nettoyer notre réservoir d’eau.
Une fois ce travail effectué, nous prenons la direction de Ksamil, petite ville côtière au Sud de Sarandë.
Nous trouvons un endroit idyllique au bord de l’adriatique, près d’un bar restaurant qui était fermé en basse saison. Nous resterons sur ce lieu 2 nuits. Les habitants passaient dans la journée, certains nous saluaient, tout était calme et reposant.

Regonflés à bloc nous reprîmes la route en direction de Finiq vers the blue eye, qui est une source magnifique  allant du bleu profond ou vert étincelant.

Le lendemain matin, nous décidons de partir visiter les lieux en amoureux. Fauteuil roulant monté, nous voila partis à la conquête de la source.
Prenant nos tickets, le gardien nous propose gentiment de nous conduire avec sa voiture.
Nous déclinons son offre, et à peine traversé le barrage, un ancien T3 Volkswagen, s’arrête à notre hauteur, et nous propose son aide.
Finalement, nous acceptons son offre, et nous voila parti avec ce gentil Albanais qui travaille au café à coté de la source de l’oeil bleu.
Nous découvrons cette source magnifique, et au retour, nous décidons de prendre un café et un Raki.
Nous resterons bien une heure à discuter avec Elion, le gentil Albanais qui nous transporta.
Nous apprendrons la vie difficile des Albanais, ou les jeunes ne font pas de sport, mais travaillent, et la majorité d’entre eux quittent le pays pour les pâturages plus verdoyants des promesses des pays de l’Union Européenne. Nous apprendrons aussi que des multinationales pompent dans la source de l’oeil bleu pour embouteiller cette dernière et faire du profit, au détriment des habitants de la région qui doivent aller chercher dans les villages voisins de l’eau. Paradoxal !

Après ce moment agréable, il nous ramena à la barrière.
Ce sera notre dernier jour en Albanie.
Ce pays avait très mal commencé, mais il s’est super bien terminé.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!