Quittant notre petit restaurant au bord de l’eau  Konoba Svera ,nous repartîmes sur les routes en direction du canyon de Durdevica Tara. Le deuxième plus profond après le grand canyon des USA.

De là, nous nous installons dans le camping de Kljajevica Luka pour quelques jours, afin de se remettre de nos émotions.

De bon matin, je décidais de marcher un peu avec Charly puis le rentrais pour demander des informations sur le rafting du camping.
En cette période je me demandais si c’était possible de pouvoir en faire. Finalement en poussant la porte du restaurant, je tombais face à un homme barbu qui me scrutait bizarrement. Lorsque je lui parlais son visage s’éclaira et il m’invita à prendre une boisson avant que je ne revienne le voir prête avec Sarah à embarquer.

Je ne comprenais pas tout de suite puis je vis un petit verre de shoot reposer devant moi accompagné d’un grand sourire de la part de cet homme. C’était un shoot d’eau de vie. Je ne pouvais pas refuser parce que c’était une marque de bienvenue, et si je le refusais ça serait impoli. Seulement dès 9h le ventre vide et les yeux à peine ouverts, c’était la dernière chose que je voulais avaler. Alors je pris mon courage avec moi et engloutis le tout sous ses yeux impressionnés. Il lâcha un « ma-gni-fique ! » puis ria pendant que je partais le corps brûlant de cette liqueur immonde. Ma gorge brulait comme mon ventre et lorsque je rentrais dans le camping car pour apporter mes nouvelles, ma tête flottait déjà. Après quelques rires et le ventre bien rempli faisant partir cette sensation, nous partîmes voir le guide, un serveur nous remarqua et lorsqu’il compris pourquoi nous étions là, il sortit deux verres pour les remplir à sa limite. Oui. Encore un. Je redoutais cette première expérience de rafting…

Cul sec ! Dès le matin ça remettait les idées en place…
Après avoir trouvé le guide, des équipements nous attendaient : combinaison, chaussures, gilet de sauvetage, casque, bref la totale…

Puis une land rover arriva avec un bateau sur sa remorque. Personne d’autre n’attendait dans le véhicule, que le conducteur et le guide qui se nommait Yubo. Nous étions finalement VIP ; juste du rafting à trois.

On en revenait pas., le visage rougit par la boisson qui redescendait rapidement pendant le trajet.

Le véhicule nous emporta vers le long du court d’eau  Tara. On passait sur des routes de montagne plus bossues les unes des autres.

Puis c’était au tour du bateau.

Une fois sur l’eau et installés avec les instructions de notre cher Yubo, nous étions sur les flots ! L’eau était d’un turquoise sublime qui contrastait avec les roches orangées et sa forêt rousse d’automne. L’eau était relativement calme et le Monténégrin nous montra sur son smartphone des vidéos plus sportives pendant les mois d’avril après les fontes des neiges. On y voyait le bateau voler dans les airs sur une eau boueuse, alors que de notre coté c’était une véritable croisière, ce qui ne me dérangeais pas du tout ! Pour commencer le stade bébé ou pépé, c’était l’idéal.

Le long on observait les poissons, des oiseaux frôlant la surface froide de cette belle rivière et des cascades lorsqu’on s’arrêtait au large. C’était sublime. Nous passions sous le pont de Tara, d’une hauteur titanesque qui nous fit sentir que nous étions minuscules. Pendant ces deux heures on rigolait, faisait connaissance et observait l’endroit sans un mot. Ou alors on entendait son français avec des mots comme « TOUS ENSEMBLE ! ON RAME ! » ou encore des « ahhhhhh on va tous mourir ! ».
C’était une superbe rencontre et expérience drôle et inoubliable ! Le retour dans le tout terrain était tout autant excellent par la gentillesse du conducteur et les paysages que nous voyons défiler depuis les vitres du véhicule.

Clôturant cette expérience par un repas où reposait beaucoup trop de frites et de poulets dans la même assiette, une grande embrassade par le gérant du camping et le dépôt de l’équipement, nous restions l’après midi au chaud dans le camping car complètement épuisées de cette mâtinée.

Le propriétaire, voyant Anna essayait de capter du réseau de la box, toqua à notre porte, et nous emmena la box…dans le camping car. Le lendemain, il nous porta le gouter qui se composait d’une assiette bien garnie de fromage, jambon de pays et pain, et le surlendemain, une assiette avec des gâteaux et biscuits maison

Nous avons  quand même goûté aux spécialités du restaurant telle qu’une sorte de pot au feu de mouton ou d’agneau :  « L’agneau sous le sac » , un délice.

Nous recevons 3 jours après l’avoir quitté, un message du mécanicien nous annonçant que la pièce était réparée et prête à être remontée.
Au moment de partir, impossible de trouver le propriétaire.
Pour nous faire patienter, la famille (puisque c’est une affaire familiale) nous demanda de l’attendre dans le restaurent, ou une fois de plus, l’hospitalité du Monténégro n’a pas était pris en défaut.
Verre de départ, Schnaps pour Papa et Maman, thé et miel maison pour Anna et un café pour Sarah.
Il arriva 1 heure après, et nous décidâmes de lui remettre une bouteille de Bordeaux pour sa gentillesse, et son hospitalité.
Touché par notre geste, il nous offrit deux nuits.
Le séjour nous est revenu à…30 euros.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!